QUATRIÈME DE COUVERTURE
 
Toute image a-t-elle vraiment une ombre ? À moins que l’ombre, peinte ou sonore, ne produise une image. Bref, qui, de l’image ou de l’ombre l’emporte ? Ajoutons à cela les multiples clins d’oeil, les repentirs iconologiques, les astuces inhérentes au monde spectaculaire, les présences d’absence habiles à hanter toute oeuvre, qu’elle relève de la littérature, de la peinture, de la photographie, du théâtre, ou du cinéma, voire de la psychanalyse. Bref, reprises, transpositions, falsifications, récréations ou, changeons de registre : épure, conquête de l’authentique, les manifestations de l’art ont maille à partir avec l’ombreux qui vite devient tantôt ombrageux, tantôt ombrant ! De même les arts de l’empreinte, depuis l’origine du dessin jusqu’à l’horreur d’Hiroshima et ses fulgurances lumineuses susceptibles d’éliminer l’image comme l’ombre, sont-ils toujours en étroite relation avec la mort de l’ineffable ? Mais l’infigurable, trace de l’inhumain, ne peut-il aussi se transformer en trop de visible ? Voir s’accompagnerait alors de quelques hystéries, capable de retentir sur la part de l’ombre liée à toute figure, sauf celle du vampire, et faire des marges, des blancs, des silences autant de fragiles demeures, inséparables cependant de la représentation. Donner à voir implique aussi sûrement un intime partage avec quelque secrète dispense des ombres. C’est ce que l’oeuvre du cinéaste Alexandre Sokurov, si familier du langage pictural, confirme, au cours d’un hommage, à sept voix, rendu à son film Elégie de la traversée (2001). Le jeu énigmatique des ombres, spécifique de sa “touche” comme d’un certain traitement de la mélancolie, valorise tantôt le documentaire dans la fiction, tantôt le rêve dans la sèche réalité. La nostalgie, évocatrice de tant d’images, libère, là aussi, des ramifications propres à stimuler un nouvel art de créer, et peut-être de penser les ombres.
 
Textes de : Bruno-Nassim Aboudrar, Diane Arnaud, Monique Borie, Jean Breschand, Arnaud Bringer, Valérie Deshoulières, Élodie Dulac, Carolines Eades, Murielle Gagnebin, Guillaume Gomot, Steven Jaron, Gérard Leblanc, François Lecercle, Françoise Létoublon, Jean-Louis Leutrat, Suzanne Liandrat-Guigues, Nicolas Lissarague, Julien Milly, Agnès Minazzoli, Robert Mochkovitch, Michel de M’Uzan, Georges Nivat, Bertrand Revol, Sylvie Rollet, Carole Wrona, et Alexandre Sokurov.  
 
 
L’OMBRE DE L’IMAGE                                                                        
 CRIR